Cédric Villani. Un crapaud fou ?

VIVRE AUTREMENT

POINTS DE VUE - RESSOURCES

L’objectif des publications de « La psychologie au pied du mur » qui n’engagent que leurs auteurs  est de susciter une réflexion à la lumière de l’aspiration qui nous est commune. ( Voir Page d’accueil )

« La situation actuelle du monde appelle

un changement total et radical d’état de conscience et de mentalité. »

“ « Les « crapauds fous » se définissent comme ceux qui pensent et avancent à contre-courant. Un travail d’abord intérieur, pour ensuite changer le monde et « hacker l’avenir ». Dans leur Manifeste, ils appellent chaque citoyen à les imiter, pour contrer le triple péril, climatique, technologique et démocratique qui menace l’espèce humaine… »

« ″À la saison des amours, mus par un instinct grégaire, les crapauds migrent tous dans la même direction. S’il leur faut traverser des routes, ils se font alors massivement écraser sous nos pneus. Seuls survivent les individus atypiques qui vont à contre-courant ou s’aventurent dans les tunnels conçus sous les routes à leur intention. Leurs congénères pourraient les traiter de fous… C’est pourtant grâce à eux que l’espèce survit. » …  ”

Source : Comment les « crapauds fous » veulent sauver le monde, Usbek & Rica

Présentation par l’éditeur, Massot Éditions

« Cédric Villani et Thanh Nghiem ont réuni une quarantaine de personnalités pour un changement de société. Dans leur Manifeste, ils appellent chaque citoyen à les imiter, pour contrer le triple péril, climatique, technologique et démocratique qui menace l’espèce humaine.

Ils prônent la neurodiversité, le changement par la culture, l’appropriation du big data par les réseaux collaboratifs et l’Europe comme étendard de leurs espoirs. Pourquoi ce nom ? Car les crapauds fous se définissent comme ceux qui pensent et avancent à contre-courant

Tout un programme à découvrir dans cet ouvrage. »

Thanh Nghiem


Photo : La Gaîté Lyrique

Au pire ça marche avec Thanh Nghiem, .

Florent Massot

Photo : Babelio
Florent Massot est éditeur indépendant et crateur de maisons d’éditions. Florent Massot Editions.

Au lendemain de la création du « Manifeste du Crapaud Fou : appel à l’action pour un nouveau monde » à la Fondation des Treilles, Cédric Villani partait en croisade politique… et, ce mercredi 4 septembre 2019, annonçait sa candidature à la mairie de Paris.

Pourquoi Cédric Villani a-t-il quitté la cohorte des Crapauds Fous ?

Les Crapauds Fous

« Le crapaud fou, c’est l’idée que la survie de l’espèce passe par un changement de comportement.

crapauds fous logo

En octobre 2016, Thanh Nghiem, Cédric Villani et Florent Massot, décident d’écrire le Manifeste du Crapaud fou. Face au tsunami planétaire, il faut provoquer un déclic, provoquer une prise de conscience et donner des clés pour que chacun puisse devenir acteur de ce nouveau monde qui arrive. Le travail est intérieur autant qu’extérieur.

Après quelques mois de quête, nous découvrons qu’il n’y a pas un mais trois tsunamis. Post-vérité, fake news, promesses de l’intelligence artificielle et du big data, mais aussi fracture sociale, repli identitaire, montée des discours populistes simplificateurs.

Notre pari : l’addition de ces lames de fond offre une opportunité historique pour réussir le changement de phase tant invoqué.

Le Manifeste du Crapaud fou

Aux Treilles, avril 2017. Première cohorte qui ouvre la voie pour inviter à l’aventure collective. 34 crapauds fous mixant les tranches d’âges, les compétences, les personnalités s’isolent pendant 10 jours et jettent les bases du Manifeste. Un fil conducteur, 9 cercles d’entraînement, 3 principes. Voir le Manifeste du Crapaud fou et les Cercles & Principes.

Tout ceci est imparfait, bien sûr. C’est un ours, conçu pour inviter à entrer dans la danse. Si vous voulez en savoir plus, plongez dans la Mare à Crapaud.

Lâcher de Crapauds fous

Au lendemain des Treilles, Cédric est parti en croisade politique dans un contexte d’élections présidentielles sous haute tension. Avec les 34, nous avons continué l’aventure avec un enthousiasme renouvelé. Un TEDx Crapauds fous, aux Folies Bergères en Juin. France Inter un matin, sous forme de blague. Des conférences, un bouche-à-oreille qui commence à percuter un peu partout. Des cohortes qui se sont créées pour contribuer au Manifeste à San Francisco, Berne, Berlin. Une présentation en avant-première du Manifeste, organisée par l’un de nos mécènes Crapaud fou, se tient au Cercle Interallié le 12 septembre 2017.

Et maintenant ?

Le Manifeste n’est pas un livre, ou pas seulement. C’est un processus vivant, qui se nourrit des apports de chaque nouveau venu. Vous aussi, vous pouvez participer au jeu !

Rejoignez-nous dans la Mare à Crapaud. Elle vibre d’une multiplicité de contributions, écrites par des crapauds aussi fous qu’originaux. Regardez les bios sur la page des Crapauds.

Si vous avez envie de partager vos envies de faire crapaud fou, ou si vous voulez réserver des exemplaires du Manifeste, contactez-nous !

Théorie du Crapaud fou

Les crapauds vivent dans une zone et se reproduisent dans d’autres. Chaque année, de manière grégaire, tous migrent dans le même sens. Lorsque nous construisons de nouvelles routes en travers, ils se font massivement écraser.

Sauf que… quelques-uns vont dans l’autre sens, ou trouvent les tunnels que des écologistes font creuser pour eux sous les routes. Parce qu’ils s’aventurent dans des directions non conventionnelles, ces crapauds fous inventent des voies d’avenir et sauvent l’espèce. Dans le genre humain, on pense à Darwin, qui a mis au point la théorie de l’évolution des espèces en observant des oiseaux, alors qu’il était parti sur un bateau comme géologue. Ou à Tim Berners-Lee, qui a transformé un réseau militaire en l’Internet que nous utilisons aujourd’hui.

Les crapauds fous, ce sont ces individus qui « hackent » l’avenir. Guidés par leur seul instinct, ils partent dans des directions absurdes et reviennent ouvrir aux autres les tunnels qu’ils ont trouvés. Nombreux meurent écrasés, mais sans eux, pas d’évolution possible de l’espèce. »

<

Le manifeste du crapaud fou

Prologue

Au départ il y avait Thanh.

Je l’ai rencontrée en avril 2014 à l’occasion d’une conférence TeDx, dont elle était l’une des oratrices les plus marquantes.

Marquante d’abord par son parcours, que l’on aimerait emblématique de notre époque. un début de carrière à 1 000 à l’heure, faisant le tour du monde tous les jours ou presque, droguée aux coups de téléphone fiévreux et aux coups financiers qui se comptent en milliards de dollars. Jusqu’au coup de théâtre parmi les coups de théâtre : l’accident de parcours personnel qui vous arrête en plein vol et vous force à vous poser, en atterrissage d’urgence, chez vous, pour réfléchir à ce que vous voulez vraiment faire de votre vie.

Mais il y avait aussi le charisme mystérieux d’une orientale qui ne conçoit l’action sans la sagesse, la retenue de ses expressions contrastant avec l’étendue de sa passion. Voix douce, phrases courtes, diction posée, rien de l’oratrice enflammée, et pourtant elle entraîne une adhésion hors du commun. et il y avait enfin le désir impérieux manifesté par Thanh, son besoin d’agir, de libérer les énergies, et d’aider les humains à accoucher des devoirs et des rêves dont ils n’ont pas forcément conscience. Thanh prend les idées, les remâche, les transforme et les repasse, avec son style particulier de pollinisatrice. Thanh s’inscrit dans son époque et y apporte un brin de raison et un brin de rêve. Contrairement aux héros mégalomanes que nous a apportés le monde de l’entreprise, Thanh ne cherche pas le pouvoir, elle catalyse les projets et elle les accouche.

Des abeilles dans son style, nous en avons besoin plus que jamais, à l’heure où l’humanité assiste, médusée, à l’émergence d’un nouveau monde qui ne se présente pas du tout comme prévu. un nouvel univers où le vrai et le faux se démêlent de plus en plus difficilement ; où le réseau mondial de communications, loin de nous apporter la fraternité universelle, semble nous jeter les uns contre les autres, où les miracles de la science ne nous ont pas encore permis de vivre durablement en harmonie avec la nature, où les ressources terrestres s’épuisent à un rythme jamais connu auparavant.

et dans cette urgence, il y a le paradoxe habituel, la petite part de schizophrénie douce qui fait que l’on est d’accord sur les urgences et que l’on ne se résout pourtant pas à s’y atteler. Alors on souhaite que la trajectoire du monde ressemble à celle de Thanh : une prise de conscience subite de cette urgence, un recentrage sur notre identité humaine, un questionnement sur ce que nous souhaitons vraiment. Pour nous aider à la prise de conscience, nous avons déjà d’excellents ouvrages de synthèse : je pense au Plan B de lester Brown, ou encore au Décarbonons du Shift Project présidé par Jean-Marc Jancovici… Mais cela ne suffit pas pour emporter les adhésions : nous avons aussi besoin de pollinisatrices humaines, dans les conférences, les associations, les mouvements de pensée locaux et globaux. elles commencent à se développer à l’heure où la disparition des vraies abeilles est justement l’un des symboles les plus tragiques de notre effondrement généralisé.

et moi, dans tout cela ? Je ne dérogeais guère à la règle : au moment où Thanh était posée, j’étais toujours en orbite. Conscient de l’urgence globale, mais occupé à assumer, à toute allure, mon rôle d’émetteur-récepteur pour toutes sortes d’activités mathématiques et péri-mathématiques, avec un rythme dingue et un sentiment d’alerte permanent.

Voyages, rencontres, conseils scientifiques… il y avait tant de matériaux pour moi que je ne savais y mettre de l’ordre. Au cours de cette année, j’ai voyagé dans près de trente pays, depuis les Balkans, si hospitaliers et pourtant toujours poudrière, jusqu’en Inde, où la vie déborde autant que les projets, en passant par l’Amérique du Nord et l’Afrique, occupées l’une comme l’autre, à leur manière, à préparer le monde de demain. J’ai siégé dans quantité de conseils scientifiques, sur des thématiques allant de la réalité augmentée à l’émulation de l’ordinateur quantique. J’ai donné des conférences devant des dizaines de milliers de spectateurs, sur tous les continents, rencontré des dizaines d’ambassadeurs. Par rapport à l’état de santé du monde, aucune rencontre ne fut plus marquante pour moi, peut-être, que la session plénière de l’Académie pontificale tenue en novembre 2016, suivie d’un symposium spécialisé. la fine fleur de l’intelligence artificielle mondiale était présente, et nous devions avouer notre admiration devant les prouesses d’Alphago, autant que notre fascination devant son caractère mystérieux. Mais on y parlait aussi de l’évolution du climat, déprimante ; de l’évolution de la biodiversité, terrifiante ; de l’instabilité mondiale en politique et en économie. Sinistre comme une chanson de Bernard lavilliers, si vous me permettez une plaisanterie facile. et malgré tout cela, l’Académie gardait sa sérénité face à la vague, et chacun trouvait, irrationnellement, la force de continuer à espérer.

Chacune de ces expériences a été éclairante et j’avais envie de partager tout cela. Thanh a passé du temps à me convaincre qu’il fallait le mettre en forme, et travailler ensemble au décorticage du tsunami, ou plutôt des tsunamis – climatique, écologique, technologique, informationnel. Avec la conviction sincère que le combat pour la planète est le premier de tous, ou plutôt celui qui, de tous, vaut le plus que l’on s’y consacre.

Pourtant, étais-je atteint de la même schizophrénie que tout le monde ? drogué aux projets ? incapable de trier les sollicitations ? J’ai continué à tout mener en parallèle. Collaboration avec Cassia Sakarovitch et la Maison des Métallos sur une série de conférences scénarisées. Collaboration avec edmond Baudoin sur une bande dessinée de science-fiction. Collaboration avec lassaâd Metoui sur un abécédaire mathématique. Collaboration avec les institutionnels et les architectes autour de la rénovation de la Maison des mathématiques. Collaboration avec Le Monde pour la mise en valeur de leur excellent prix de thèse. Collaboration avec Doc Forum et odile Jacob sur un ouvrage collectif autour de la notion d’Humanité. Collaboration avec Patrice Moullet dans l’association Musaïques au service de la musique, de la technologie et de l’intégration du handicap. Collaboration avec l’African Institute of Mathematical Sciences pour le développement des sciences en Afrique. et puis quoi encore !?

Mes bras étaient trop pleins et il était temps de déléguer. Mais comme de juste, Thanh avait en tête de s’entourer de tout un groupe de collaborateurs. Cette petite cohorte, faite de jeunes motivés aux profils variés, fut le troisième pilier du projet. Avec Thanh en animatrice de groupe (whip, ou fouet, selon la terminologie de la politique anglo-saxonne), et moi-même en soutien paternel invisible, le groupe déchaîna sa force de travail et s’appropria le sujet, s’attelant à concevoir un document en forme de manifeste.

la puissance du groupe est dans l’air du temps, et c’est l’une des rares leçons que nous pouvons tirer de l’aventure d’Internet. les œuvres massivement collaboratives comme Wikipédia ont largement remplacé les sommes écrites par une personne d’exception. Ma petite expérience d’enseignements massifs en ligne m’a montré comment un large groupe d’auditeurs, ensemble, peut améliorer et corriger le produit mieux que n’importe quel auditoire choisi. Il y a une force imbattable dans la notion de groupe ! les groupes s’absorbent, se renforcent, évoluent en dynamique collective… Autour de ce projet, plusieurs de mes univers se sont mélangés.

Contrairement à ce qui s’est fait dans d’autres expériences purement virtuelles, les troupes menées par Thanh prévoyaient de se réunir physiquement ; la qualité des interactions en est tellement améliorée ! Pour cela, le domaine des Treilles fut choisi : son cadre unique, sa localisation en pleine nature, la lumière nocturne des étoiles, l’ambiance d’isolement, tout cela agit comme catalyseur et fertilisant incomparable.

Dans cet environnement, les jeunes innovants travaillaient à un manifeste au nom entêtant, un nom gentiment fou comme tout le projet : les Crapauds fous. Car on a étudié, très sérieusement, les effets bénéfiques de quelques déviants parmi les populations de crapauds. Ces crapauds fous peuvent parfois montrer le chemin et sauver l’espèce. et montrent bien, tout à la fois, combien il est illusoire de vouloir normer toutes les intelligences, et combien le groupe a besoin de sa diversité.

Jusqu’en mars 2017, les efforts de Thanh avançaient à fond, et je suivais encore de près la mise en place de la cohorte, depuis les connexions hasardeuses des Balkans, tout en me passionnant pour une élection présidentielle sous haute pression.

en avril, nouveau coup de théâtre, et la fin de partie pour moi, quand je décidai de me présenter aux élections législatives. explosion de mon emploi du temps ! J’allais découvrir ce que c’était que l’engagement politique d’une campagne, avec ses horaires givrés et son défilé de rendezvous en tout genre. l’engagement fut payant, puisque je fus élu avec un score intimidant — un score qui vous fait sentir toute l’attente qui pèse sur vos épaules. et me voilà avec encore de nouvelles responsabilités ! Pendant quelque temps, avec Thanh, nous avons essayé de me maintenir sous perfusion dans le projet, selon tel ou tel dispositif, mais il a fallu se rendre à l’évidence, c’était devenu impossible.

C’était à mon tour de travailler pour convaincre Thanh de reprendre pleinement le gouvernail. le Manifeste avait crû et embelli depuis les premières ébauches des Treilles, la force et la vigueur du collectif s’y faisaient sentir. en le relisant, je voyais bien qu’il était maintenant autonome et que je devais le laisser vivre.

C’est en enseignant que l’on apprend le mieux, et c’est en expliquant que l’on comprend le mieux. Notre vaillante troupe de crapauds fous est maintenant parfaitement à même de prendre le flambeau et de comprendre d’autres groupes. l’ouvrage aura sa vie propre.
Finalement, j’ai pu faire mon pollinisateur moi aussi, à ma manière.

Cédric Villani. Médaillé Fields 2010.

Source : Les Crapauds Fous

 

« La situation actuelle du monde appelle

un changement total et radical d’état de conscience et de mentalité. »

VIVRE AUTREMENT

POINTS DE VUE - RESSOURCES

Laisser une réponse