L’Heureux Naufrage – Film

VIVRE AUTREMENT

POINTS DE VUE - RESSOURCES

L’objectif des publications de « La psychologie au pied du mur » qui n’engagent que leurs auteurs  est de susciter une réflexion à la lumière de l’aspiration qui nous est commune. ( Voir Page d’accueil )

L’Heureux Naufrage 

L’ère du vide d’une société post-chtétienne

VIDÉO

ANDRÉ COMTE-SPONVILLE
 Un philosophe athée non-dogmatique et son expérience mystique

Après l’effondrement de l’Institution religieuse, celle des grandes utopies politiques, et la désillusion, plus récente, du libéralisme économique : les québécois et québécoises font face à une perte de sens, un vide profond. Nous sommes plus prospères que jamais, plus libres que jamais de créer notre vie, mais quelque chose nous manque. Tout le monde le sent.

L’Heureux Naufrage est un film documentaire profond et humain sur le sens de la vie et nos valeurs. À travers le regard de plus d’une trentaine de personnalités publiques, québécoises et françaises, il aborde des questions essentielles, jamais explorées de cette manière chez nous. Denys Arcand, Éric-Emmanuel Schmitt, Denise Bombardier, Pierre Maisonneuve, et bien d’autres, y livrent leurs réflexions très personnelles, sur le vide qui les habite, la quête de sens, la spiritualité, Dieu.

Après avoir renoncé à toute forme de foi, ce pourrait-il, comme le pense Stéphane Laporte, que nous assistions en ce moment, au Québec, à un « retour vers les choses fondamentales », un « renouveau spirituel » ? Ou bien, comme le suggère Alain Crevier, que nous soyons « en train de se réapproprier le mot foi » ?
Face au futile et au frivole d’un monde utilitariste, face à l’instantanéité, au prêt-à-porter, le film interroge les fondements de nos valeurs et de nos croyances. Il met des mots autour de grandes questions qui nous habitent tous et propose de faire la paix avec notre héritage religieux. Un film inspirant et touchant, construit au fil des rencontres, dans lequel s’entrecroisent des visions et des pistes de réponses sur le vide spirituel de notre société postmoderne.

« La réaction est toujours forte quand je présente des extraits d’entrevues du film. Il provoque des silences, des sourires, il apaise. Pour moi, c’est la preuve que L’Heureux Naufrage est profondément pertinent. C’est un film universel qui touche toute les générations québécoises. C’est un retour vers l’essentiel. La proposition d’une introspection personnelle, mais aussi de société, et je pense que le moment n’a jamais été aussi propice à ces réflexions. »

Guillaume Tremblay, réalisateur.

Participants : Alain Crevier, Benoit Lacroix, Pierre Maisonneuve, Eric Emmanuel Schmitt, Alexandra Pleshoyano, Andre Comte Sponville, Jacques Grand’Maison, Eugénie Francoeur, Mario Pelchat, Matthew Coon Come, Samian, Guy Corneau, Neal Blough, Jean-Claude Guillebaud, Ginette Reno, Guy Durand, Frederic Lenoir, Stéphanie Gravel, Rose Dufour, Marie-Andrée Roy, René Derouin, Xavier Gravend Tirole, Leo-Paul Lauzon, Stephane Laporte, Denys Arcand, Hélène Pelletier-Baillargeon, Jonathan Painchaud, Djemila Benhabib, Paul-Emile Roy, Stéphane Archambault, Solange Lefebvre, Gianni Vattimo, Bernard Emond.

Le site : L’Heureux Naufrage

Le Projet

L’Heureux Naufrage c’est d’abord une idée qui a mijotée quelques années, puis un rêve fait à Hawaï, et finalement la vente d’un terrain, il y a deux ans, qui a donné le véritable coup d’envoi. Le cinéaste Guillaume Tremblay et sa douce moitié Xavie Jean-Bourgeault ont alors plongé tête première dans cette aventure un peu folle, investissant la totalité des profits dans la réalisation de leur projet documentaire.

Portés par leur passion, leur curiosité et leur désir de « parler du vrai », L’Heureux Naufrage les a amené, entre le Québec et la France, à réaliser des entrevues avec les plus grands penseurs contemporains. L’appui généreux du public, lors d’une campagne de financement participatif et l’engouement des gens face au projet, a donné des ailes à Guillaume et Xavie. Plus que jamais, ils sont convaincus que le moment est propice pour se poser les questions fondamentales qu’abordent L’Heureux Naufrage et entamer une discussion de société.

L’Heureux Naufrage c’est l’espoir d’apaiser, le désir de faire réfléchir et d’amincir la ligne entre le croyant et l’athée. Peu importe de quel côté nous nous trouvons, nous sommes dans la croyance, athée ou non. Quand la frontière disparait, c’est à ce moment que nous pouvons enfin nous parler et vraiment écouter l’autre.

Denise Bombardier, Le Soleil, 23 mars 2004.

« Les paroles de Jésus sont incontournables. Pour moi, ce sont les plus grandes paroles jamais prononcées sur le sens de la vie. J’ai abandonné la pratique religieuse, mais la voix de Jésus me revient. »

Denys Arcand, cinéaste, entrevue 2012.

L’Heureux naufrage est un espace de réflexion autour de questions fondamentales, souvent évacuées des débats de société, des discussions de famille, ou des apéros entre amis.

Il propose de relancer notre quête de sens, en se questionnant sur le fondement de nos valeurs et en se réappropriant notre spiritualité. Faire la paix avec nos vieux conflits avec le curé du village, en quelque sorte. Décanter le bon, le moins bon et le « pas bon du tout » de cet héritage vieux de plus de deux mille ans d’histoire, dans l’espoir d’y trouver des pistes de réflexion sur le vide, la transcendance, la foi, libérée pour la première fois du lourd bateau de l’institution religieuse.
Un propos essentiel.

Si les dogmes « horripilent » le réalisateur Guillaume Tremblay, et que les croyants fervents lui font « peur », il croit qu’il subsiste quelque chose de fondamentalement chrétien, chez nous, dans notre manière d’être en tant qu’individu et en tant que collectivité, que nous le voulions ou non. Dépoussiérer notre héritage religieux pourrait nous permettre de solidifier la fondation de nos valeurs et nous aider dans les choix que nous aurons à prendre en tant que société.

« Lorsque nous avons abandonné la religion, une religion faite plutôt, hélas, de religiosité, de codes, de règles absurdes voire stupides, nous avons sans nous en rendre compte, jeté le bébé avec l’eau du bain. En abandonnant la religion, nous, Canadiens français de l’époque, c’est-à-dire Canadiens et Français, avons perdu la moitié de notre identité… »

Source : L’Heureux Naufrage – Projet et Intentions

Rencontre avec Guillaume Tremblay, réalisateur du film documentaire L’heureux naufrage.

EXTRAIT DU FILM 

ANDRÉ COMTE-SPONVILLE
Un philosophe athée non-dogmatique et son expérience mystique. 

16. UNE ÉPOQUE CHARNIÈRE DÉCISIVE

« La situation actuelle du monde appelle

un changement total et radical d’état de conscience et de mentalité. »

Laisser une réponse